RePlay

RePlay

Résumé :

“Ce jeu va nous permettre de revivre notre passé et de nous transformer, de nous RePlay. Pour aller mieux. pour nous réconcilier avec nous-mêmes et avec les autres. On va pouvoir tout rejouer. Je l’ai créé grâce à toi et pour toi. Tu m’as inspiré. Je viens te l’offrir.” 

Un concepteur de jeu vidéo génial et manipulateur.
Une jeune femme sous l’emprise de l’homme et de sa création.
Un univers virtuel révolutionnaire.
Un roman terrifiant de réalité…

 

Mon avis : 

Lorsqu’en allant faire les courses à Leclerc, je suis tombé sur ce livre, j’avoue que j’ai trouvé le résumé particulièrement alléchant. Comme je suis dernièrement à fond dans les thrillers, il a titiller ma curiosité. Quelques jours plus tard, après avoir rouspéter Monsieur Ours Polaire, il m’a ramené le livre. Vous imaginez ma réaction “Ce n’était pas nécessaire” en fronçant les sourcils avec une voix pas du tout convaincue par ses propres paroles? Lui il avait un sourire jusque derrière les oreilles. 

Puis est venue le début de ma lecture. Et vraiment, je ne m’attendais pas du tout à ça. Enfin si un peu, mais je me comprends. Les premiers chapitres, j’ai eu du mal à me mettre dans l’histoire. Mais une fois vraiment plongé, ça a été. Mais plus les pages passaient, plus j’avais envie de tarter Loïs, l’héroïne. Il y a eu beaucoup trop de moment où ses réactions n’étaient pas logiques. Je comprends totalement le côté “je suis perdu”, “je suis sous l’emprise de…” Mais passer d’un “c’est un connard manipulateur, si je pouvais je l’enterrerais vivant pour ce qu’il m’a fait” à “il est tellement sexy que je lui sauterais bien dessus en mode porno” c’est assez ahurissant. Bon ok j’exagère peut-être un peu, quoique pas tant que ça en fait.

Et en parlant de Tristan, le dit connard manipulateur. Bon il est vraiment manipulateur, c’est un fait. Mais il est obsédé de manière maladive par Loïs. D’un côté je trouvais ça un peu mignon. Ouai nous les livraddicts on est un peu chelou. On aime bien les psychopathes bipolaires en puissance obsédés par leurs victimes, on les trouve terriblement irrésistible, et puis apparemment il est ultra beau gosse. Mais avouer que ça nous arriverait en IRL, on serait surement les premières à flipper comme des malades. En tout cas, ça serait mon cas et j’assume entièrement mon côté trouillarde. 

A côté de ça, on a une sorte d’investigation concernant les réelles intentions de Tristan, sa société, MindTech, qu’il dirige avec son frère Ben concernant ce jeu Replay. C’est très intéressant sur le fond. Mais sur la forme, il manque certaines choses. Sur une grosse partie de l’histoire, je trouvais que l’avancée était assez plate. Je cherchais même le côté thriller. On se retrouve avec énormément de passages descriptifs qui le sont, soyons honnête, beaucoup trop. Je suis sur que s’il y avait eu des miettes de biscotte tombées sur la table, elles auraient été décrites. Décrire les lieux dans lesquels les personnages sont, je suis totalement pour. Décrire les lieux dans les moindre détail, j’en suis beaucoup moins fan. Du coup ça a enlevé beaucoup de charme à ce livre. 

C’est sans compter, également, sur certains passages ou on se demande ce qu’ils foutent la. Tout d’un coup, sortie d’on ne sait où, on a l’expérience qu’ont vécu certains joueurs de Replay et par la suite, on n’en entend plus du tout parler. Était-ce pour démontrer que le jeu était un succès? Que beaucoup revivent des moments tragiques de leur vie pour enfin s’en sortir? Comme je le disais, le fond est très bon, mais exploité de manière très maladroite. 

Et enfin, il y a aussi le cas de l’écriture des chapitres qui m’a un peu perturbé. Effectivement, on sait quand il s’agit de Loïs, puisque lorsque c’est ses parties, c’est écrit en “je”. Les autres personnages c’est “il”. Jusque là je comprends. Mais à aucun moment ce n’est indiqué quand on passe d’un personnage à un autre, ni auquel. Parfois, ce n’était pas d’un chapitre à l’autre, mais directement d’un paragraphe à l’autre. Heureusement qu’il est mentionné le nom du personnage en mode “[Untel] se dit que prendre un bain lui ferait du bien” sinon on ne saurait pas de quel personnage on parlait. 

Tant que je parle des personnages. L’histoire se concentre essentiellement sur Loïs et Tristan. Je comprends, c’est à peu près correctement bien centré. Cependant, on rencontre d’autres personnages, certains qui ne nous apporte pas grand chose et on se demande ce qu’ils font la (les joueurs dont on a les retour d’expérience notamment) et d’autres, on les voit un peu, mais on ne sait au final quasi rien, comme la mère et le frère de Tristan, on sait qu’ils ont un passé difficile, qu’ils souffrent des conséquences de ce passé, on a quelques scènes, mais rien de bien concrèt, il y a beaucoup trop de blanc les concernant. 

Tout comme le personnage du Professeur Marx qui aurait pu être encore plus intéressant, plus approfondi, ainsi que Flo, ou par moment, je me demandais un peu ce qu’elle foutait la. Par contre, j’ai vraiment beaucoup aimé Avel, et j’aurais aimé en apprendre plus sur lui. On connaît certains éléments, mais pas trop non plus. 

En bref, RePlay ne sera pas pour moi LE livre de l’année. Je l’ai bien aimé, mais sans plus. Il ne me laissera pas un souvenir impérissable, mais le moment que j’ai passé avec était globalement sympa. Je n’ai pas vraiment été déçu mais je n’ai pas non plus été conquise. Beaucoup d’éléments de l’histoire auraient pu être approfondis, les descriptifs de lieu raccourci et la ça aurait pu frôler le coup de cœur. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.